28/01/2007

La ronde des fleurs

fee003

 

Jolie petite fleur
Ton parfum quel bonheur
Joli coquelicot
Qui chante et dit de jolis mots
Jolie marguerite
Toi seule à le mérite
De vivre et de t’épanouir
Pour ne jamais mourir

 

C’est la ronde des fleurs
chaque matin, dans mon coeur
certains jours, malgré mes pleurs
elles me comblent de bonheur
je leur parle durant des heures
avec sagesse et douceur
elles m’apportent leur candeur
j’ai l’âme tout en couleurs...

14:18 Écrit par profitons des bons moments avant qu'ils ne partent dans Poèmes divers | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

 Don

image77

Je ne sais pas si je dois

Venir ici vous parler de moi

Tant pis pour le tabou

Ceci fait partie d’un tout

 

Fille joyeuse, et ambitieuse

Je ne suis point pieuse

La vie ma fait un don

Qui me guide, il n’est point bidon

 

A dix-huit ans, j’ai fait mes premiers pas

De ce que croyait n’être qu’un appas

Très vite, je me suis aperçue

D’un air de déjà vu

 

Je ressens, et voit des choses

Plus que je n’ose

Mais à quoi bon toutes ces images

Puisque rien ne m’avantage

 

Les mauvaises choses de la vie

Il n’y a rien que je dévie

Je ne sauve pas, ce qui son lésé

C’est un don à moitié donné

 

Que puis-je faire d’autre, alors

A part voir encore

Des images pleins les yeux

Qui fait, plus d’un envieux

 

 

14:13 Écrit par profitons des bons moments avant qu'ils ne partent dans Poèmes divers | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

24/01/2007

Planète bleue

image25

 

J’aime la morte saison, ou tout resplendi de couleurs

Les arbres dans leur teint merveilleux, leurs grandes ampleurs

Me font vibrer pour mon plus grand bonheur

 

J’aime la morte saison, ou tout resplendi de couleurs
Les arbres dans leur teint merveilleux, leurs grandes ampleurs
Me font vibrer pour mon plus grand bonheur

 

J’aime le printemps, ou l’on se met à rêver
Ou les oiseaux se mettent à chanter
Et ou les fleurs s’ouvrent en cœur
Pour nôtre plus grand bonheur

 

Mais tout ça risque bien de n’être qu’un rêve
Ou tout s’évanouit sans trêve

Venir à penser, que, où nous vivons
Avec toutes ces richesses sans aucun abandon
Reste comme on nous l’a légué
Cette terre que l'on nous à prêter

J’aimerais que l’on soit conscient du trésor que nous tenons
Entre nos mains destructrices, et nos pensées égoïstes
Laissons à nos enfants, cette terre si belle avec ses saisons
Avec sa richesse et tout son coloriste

 

Mettons de côté toutes nos rancœurs,
Arrêtons de vivre en dehors du temps
D’avoir tous ces concepts futuristes trompeurs
Pour garder ce lieu encore longtemps

 

Alors, ce rêve deviendra peut être  réalité
Pour préserver en toute impunité,
Notre lègue, notre immortalité

Vivez, respirer à volonté

non ne lui disons pas adieu

A notre grande et belle planète bleue

22:53 Écrit par profitons des bons moments avant qu'ils ne partent dans Poèmes divers | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |